Welcome! Anonymous

Grand-voile sur enrouleur / mâts bipodes

Grand-voile sur enrouleur / mâts bipodes

Messagepar Laurent » 16 Avr 2012, 01:28

Bonjour,

je le précède d'une encablure,
Jacques devrait venir compléter le tableau et satisfaire notre curiosité.
Avec cette voilure, on est pas très loin de la voile bermudienne et pourtant il me semble qu'elle reste suffisamment en dehors des "clous" pour que je la situe ici.

http://les.trismus.free.fr/maina.html


Image
La voilure de Maïna, à l'oeuvre


* * * *

Ainsi, Jacques tu as expérimenté voici plus de trente ans, ce que d'autres projettent de faire sur des unités importantes (par la taille).

Sur le papier et en regardant les photos que tu proposes sur ton site, voilà une voilure qui semble très attractive.

Quid de la rédution de voilure ?
Facile pour la G.V/génois ?


Laurent.
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Grand-voile sur enrouleur / mâts bipodes

Messagepar Jacques » 16 Avr 2012, 11:13

Merci Laurent pour cette introduction très sympa.

En plus tu as choisi la photo que je préfère pour montrer comment la GV travaille !

On peut remarquer aussi l'esthétique des voiles ensembles... ;-)

Image

A l'origine le bateau devait être gréé en jonque et s'appeler "Jonquille"
Parce que : jonque quille longue à dérives (Trismus Jonque...) :-)

Mais à l'époque (1975) cela n'était pas de très bon goût d'innover, surtout quand ton "initiateur" s'appelle Fabien Poncet (le frère de Jérôme)...

L'idée du bipode est venu assez naturellement du fait que j'habitais en Guyane et que les rivières sont coupées par des ponts très bas à leur embouchure...

J'avais étudié les jumelles hollandaises mais l'esthétique, le poids et l'encombrement, me rebutaient.

Je me suis souvenu des gros camions Berliet T 100 que j'avais vu déposer du pipe-line au Sahara :
ils avaient tout simplement une chèvre qui pivotait à l'arrière de l'immense remorque, permettant de poser les tubes, très facilement en ancrant un câble loin à l'arrière et en avançant !...

Image
Les tangons font office de chèvre pour la montée/descente

Jusqu'en 1980 les voiles (focs, trinquette, grand-voiles) étaient endraillées sur câbles avec des mousquetons.

la garde robes se composait de : foc, yankee, inter, trinquette, gv légére, gv lourde, tourmentin.

La particularité était de changer de gv, comme on change de voile d'avant, sans prise de ris.

Puis, les voiles devant êtres changées et les enrouleurs commençant à apparaître : je me suis payé 2 Profurl
Un pour le génois et un pour la gv et fait tailler deux belles voiles avec des petites bandes de couleurs sur la bordure, pour permettre de régler pile poil l'équilibre des 2 voiles.

Comme en plus le Trismus a 2 dérives en tandem : l'équilibre sous voile du bateau est un rêve...
Le pilote n'a pas grand chose à faire !...

L'année dernière je me suis payé un 3éme enrouleur Profurl et je suis en train de me faire tailler une trinquette chez Tarot...

Jacques
Jacques
 
Messages: 5
Inscription: 15 Avr 2012, 21:49

Re: Grand-voile sur enrouleur / mâts bipodes

Messagepar Laurent » 16 Avr 2012, 14:23

Jacques a écrit:En plus tu as choisi la photo que je préfère pour montrer comment la GV travaille !


C'est vrai qu'elles sont belles ces deux voiles


******

Bien sur, on est amené d'emblée à se poser des questions concernant cette voilure :

- Poids du bipode ?
- Fardage important ?
- Rendement faible dans la brise par manque de tenue de la GV (profil creusé), accentué par la réduction ?
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Grand-voile sur enrouleur / mâts bipodes

Messagepar Jacques » 16 Avr 2012, 17:53

Ah les bonnes questions !...

- Poids du bipode ?

Petite anecdote : lorsque j'ai voulu me faire fabriquer le bipode, je me suis adressé d'abord à des boites françaises (dont je tairais le nom) qui m'ont toutes répondu que cela ne les intéressait pas et une m'a même répondu : <<Monsieur, nous sommes une maison sérieuse !>>

Je me suis donc adressé à quelqu'un de pas très sérieux : Albert Coeudevez, suisse de son état et patron d'une boite qui s'appelait Nirvana ! (à l'époque je disais pour expliquer : les mâts de Tabarly...)

Qui immédiatement m'a dit : <<Bien sûr mon gars, que ça m'intéresse !>>
<<Je suis en train d'en étudier un pour un cata espagnol (plus précisément trapézoidal !)>>

Il m'a donc vendu 2 profils en goutte d'eau, pour le prix d'un et m'a fait cadeau de la pièce de jonction de tête de mât et des 2 platines pivotantes de pieds de mâts !!!...
36 ans après rien n'a bougé ni s'est oxydé !

Evidemment le devis de poids est supérieur à un mât classique, mais au final le fait que les profils soient nettement moins gros, ça ne fait pas le double...

- Fardage important ?

Evidemment plus de fardage, quoique les profils en goutte d'eau doivent quand même améliorer la chose...

- Rendement faible dans la brise par manque de tenue de la GV (profil creusé), accentué par la réduction ?

Alors là non pas du tout !
Pour compenser le "manque" de bôme je reprends par la contre écoute et arrive à border pratiquement plat la gv.

Et puis il faut relativiser : le bateau est un Trismus, pas réputé pour être un bateau de prés, donc on ne cherche pas à piper le vent comme un class américa ;-)
Mais par contre dés qu'on lâche la bride, il galope plutôt bien !...

De toutes façons le confort et la sécurité pour naviguer en famille avec des petits compensent largement le manque de perfs au prés.

Et sous spi, GV et génois totalement enroulés et dérive arrière complètement baissée, on lâche la barre !!!...
Essayez de faire ça !

Jacques
Jacques
 
Messages: 5
Inscription: 15 Avr 2012, 21:49

Re: Grand-voile sur enrouleur / mâts bipodes

Messagepar Laurent » 16 Avr 2012, 18:25

Moi M'sieur !
J'y arrive aussi sur le Freedom

Le Gréement de ton Trismus est du style à donner entière confiance.
Déjà le risque lié aux haubans latéraux est à mettre au panier.


****

Tu dois te faire remarquer lorsque tu entres dans un port !


L.
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Un exemple de voilure atypique

Messagepar Jacques » 16 Avr 2012, 19:23

Laurent c'est un peu pour ça que je te tendais la perche !...

Car à ma connaissance je ne vois pas beaucoup de bateau comme le Freedom qui ont une dérive arrière.

Tu fais bien de remarquer l'absence de haubans et surtout de barres de flèches, ce qui permet de border un peu plus le génois...

Pour avoir testé lors de la tempête du 14 octobre 1976 (Boehlen coulé au large de l'Île de Sein) : le gréement est pratiquement indestructible.

On a été couché mât dans l'eau à 2 reprises et rien n'a bougé...

C'est vrai que c'est un sujet de discussion quand on est à quai...

Autrement vu de loin ce n'est pas trop dépaysant...

Jacques
Jacques
 
Messages: 5
Inscription: 15 Avr 2012, 21:49

Re: Grand-voile sur enrouleur / mâts bipodes

Messagepar Laurent » 16 Avr 2012, 19:46

Le Freedom 33 n'a pas de dérive arrière, mais les bisafrans qui l'équiperont, associés à la quille longue, devraient l'amener à un niveau accru de stabilité de route.

En différence peut être avec celui de ton Trismus, le gréement de cat-ketch apporte un supplément d'équilibre non négligeable. Enfin c'est ce que je crois.
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Grand-voile sur enrouleur / mâts bipodes : le cas Kolika

Messagepar Laurent » 28 Juin 2012, 23:32



De l'autre coté de l'atlantique, une autre voilier est équipé du même type de gréement :
Il s'agit de KOLIKA.
Voilier fabriqué en 1995.
Le (premier) propriétaire semble tout à fait satisfait de cette voilure, même s'il reconnait l'impossibilité de jouer sur la forme de la grand-voile sur enrouleur comme une G.V classique sur bôme.

Le site de Kolika









Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Grand-voile sur enrouleur / mâts bipodes : Procyon

Messagepar Laurent » 17 Oct 2012, 15:59

Procyon est un superbe voilier de croisière de 65 pieds dessiné et construit par le chantier Kiwi Yachts. Il fut le nouveau jouet de Peter et Olaf Harken, mis à l'eau en 1991 (Harken, de la célèbre entreprise d'équipement bateau).
Ce fut un voilier étonnant (il l'est toujours !) à plus d'un titre.
Mât bipode, quille pendulaire, ballasts…














***



Le même article en pdf


***

Le même article en pdf
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Exemples en vrac

Messagepar Laurent » 17 Oct 2012, 19:27

1 - The Valkyrie
En 1987, Mike et Peter Stevenson dessinent, conçoivent, fabriquent en deux ans, un catamaran de 36 pieds équipé d'un mât bipode.











http://www.stevproj.com/Carz/XBoats2.html


2 - La société "SMG Multihull" propose un catamaran de 50 pieds, le SMG50plus



Le site SMG multihull



3 - Le catamaran néozélandais "Catbird Suite"







le site du Catbird Suite


4 - Un "North Pacific 47"











5 - Deux navires de travail

La société "Avel Vor Technologie" est à l'initiative du projet Grand Largue : où il s'est agit de mettre au point un système de voiles auxiliaires et automatisées pour des navires de pêches, de travail. Economie de carburant oblige.
Deux navires sont à l'usage actuellement.

Le premier bateau a être équipé du système de voiles Auxiliaires et Automatisées est le bateau laboratoire Grand Largue, ancien chalutier en bois de 16m et 65 tonnes.
Ce bateau transformé en laboratoire pour le projet recoit ainsi 2 mâts de 15m50, 13m50 au dessus du pont couvert, et 3 voiles autovireuses et motorisées d'une superficie totale de 85 m².
Le site d'Avel Vor technologie



Le deuxième navire a été le premier à avoir recu les fruits du projet Grand Largue. C'est un ancien remorqueur, il a été équipé d'un gréement issu du projet, reconnaissable à ses mâts bipode. Le gréement n'a pu être automatisé par manque de temps. En effet, ce navire de 21m est parti en avril 2009 de Corse et a rallié Sand Point en Alaska en passant par les côtes Nord de la Russie.
http://www.navirelemanguier.com/




***
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Rainbow Warrior III

Messagepar Jacques » 11 Fév 2013, 15:59

Image

Le Rainbow Warrior III est devenu le nouveau navire amiral de Greenpeace

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rainbow_Warrior_III





Image





Image












Image


Image


Image


Image


Image
Jacques
 
Messages: 5
Inscription: 15 Avr 2012, 21:49

Re: Grand-voile sur enrouleur / mâts bipodes

Messagepar Laurent » 10 Avr 2013, 07:37

Finalement la solution gréement bipode a été adopté plus largement qu'on ne pourrait le croire à priori.

L'Aquaspace, qui se fit très remarquer à sa sortie en 1982 en est un n-ième exemple.

Image

Jacques Rougerie, son architecte, est de ces hommes qui font cohabiter rêves et réalité pour notre plus grand plaisir.
Visitez son site internet, vous verrez toute l'étendue de son imagination féconde.

Image

La biographie en PDF

"L’Aquaspace est un trimaran d’ observation sous-marine qui a été conçu, en premier, pour être utilisé lors de missions scientifiques. Ce trimaran a été dessiné par l’ architecte français Jacques Rougerie et a été construit en 1982. La coque centrale de ce bateau aux formes futuristes décent de plusieurs mètres sous l’ eau. Elle est une cage de métal et de verre depuis laquelle on peut observer les fonds marins. Au cours des années 1980, l’Aquaspace a servi comme de laboratoire d’ études de biologie marine dans la Mer des Caraïbes. Ensuite, Jacques Rougerie a vendu l’ Aquaspace qui, après plusieurs propriétaires, est finalement devenu un bateau d’ observation sous-marine à des fins touristiques. Actuellement (2012), l’ Aquaspace effectue des promenades et des excursions en Mer des Caraïbes au large de Bonaire qui fait partie des Îles sous le Vent (Petites Antilles). Le trimaran Aquaspace a une longueur de 20 mètres et une largeur de 8,50 mètres. Sa coque centrale est en aluminium et en méthacrylate (baies vitrées). Il peut embarquer 22 personnes. L’ Aquaspace est aussi appelé « Œil des Mers ». En 1984, l' Aquaspace a été présenté au Salon Nautique International à Flot de La Rochelle (Salon du Grand Pavois)." Dixit Wikimedia Commons




Jacques Rougerie, à propos de l'Aquaspace avec lequel il a traversé traversé l'Atlantique : J'ai eu cette chance fantastique de suivre la migration des baleines et de faire toute la traversée de l'Atlantique sous la mer. Vraiment sous la mer. Ce n’'est pas un rêve fou, c'est une réalité. Ce n'est pas de l'utopie, ça existe. Ce bateau, je l'ai gardé pendant 7 ans et j'ai parcouru les mers pour voir les tortues luth, pour voir des bancs de thons et ainsi de suite. Ça m'a donné l'idée de faire d'autres engins pour que tout le monde, que les enfants puissent voir sous l'eau ces merveilles en toute sécurité.

























Depuis 1998, Jacques Rougerie travaille sur son projet audacieux, le SeaOrbiter un navire vertical de 51 mètres de hauteur dont 31 mètres immergés et 20 mètres émergés. Le SeaOrbiter doit permettre d'observer les océans au gré des courants marins et notamment le Gulf Stream.


Le site de l'Aquaspace, actuel

http://www.aquaspacebonaire.nl/en/

Un article particulièrement réussi sur Jacques Roujerie et ses réalisations :
http://usbek-et-rica.fr/blog/jacques-rougerie/

Jacques Rougerie par Wikipedia :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_R ... architecte)

Deux sites internet de Jacques Rougerie :
http://www.rougerie.com/indexd.php
http://rougerie.com.pagesperso-orange.f ... aisrea.htm

Le projet Seaorbiter :
http://seaorbiter.com/vaisseau/origines/



laurent
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Grand-voile sur enrouleur / mâts bipodes

Messagepar fraserve » 25 Aoû 2013, 09:40

Bonjour Jacques,

Je suis le grand monsieur brun avec femme et deux petits enfants avec qui vous avez discuté à Deauville au mois de juillet au sujet de vos mâts bipodes, lors du WE du Rassemblement international de bateaux extraordinaires et des innovations nautiques (le samedi) auquel vous participiez. J'ai été très intéressé de discuter avec vous et de votre expérience de mâture m'a enrichi et m'a fait sérieusement réfléchir pour mon bateau de voyage à votre solution, suite aussi à tous ces exemples de cette page. Mon objectif, comme je vous en parlais à ce moment est le démâtage rapide pour la navigation en eaux intérieures comme sur l'océan. Je cherche une mâture solide aussi pour affronter les mers australes et pouvoir allez lorgner du côté de canaux extrêmes... Néanmoins, en lisant tout cet article, l'on constate qu'en terme de mâture comme en terme de politique notre pays est toujours aussi réactionnaire et donc, ne supporte pas la nouveauté ou la différence. Pourtant votre formule, démontrée efficiente par la solution Harken (qui n’ont plus rien à prouver en terme de professionnalisme), paraît infiniment fiable, et pour moi plus fiable qu'un gréement classique avec tout le bastringue si compliqué à gérer en cas de démâtage volontaire ou accidentel. Ma solution (votre solution) aurait l'avantage de passer d'eaux intérieures en eaux extérieures en un rien de temps et en quelques tours de manivelles, presqu'en instantané, ce qui est mon but.

Ma première question est : quel chantier préconisez-vous (Nirvana et Coedeuvez en Suisse n'existant plus ou plus sous ce nom en suisse ! Impossible de les trouver sur le web) pour créer un mât bipode ?
- Soudé au sommet avec pièce spéciale étudiée, avec des barres de flèche internes soudées (ou étages, 2 ou 3 pour mât de 20 à 25m, je rappelle que tout le gréement de Pen-Duick VI était soudé, j’ai lu l’intégrale Tabarly), qui posséderait aussi des échelles de cordes à l’intérieur du triangle, à l’ancienne, pour monter au sommet de la mâture, à des fins de réparation ou d’observation, ou pour monter dans la petite nacelle d’observation au premier tiers supérieur du mât (formule Vagabond’elle). Aller aussi voir ce bateau de navigation extrême de Januz Kurbiel qui a trouvé une solution hallucinante de simplicité pour réduire la grand-voile à enrouleur extérieure au mât (problème de gel à l’intérieur du mât dans les navigations polaires !) Je l’ai examiné quand il est venu hiverner à Honfleur. On apprend toujours quelque chose des très grands navigateurs, évidemment. Des maîtres en l’occurrence, comme vous !

Ma deuxième question est : peut-on réduire l’angle des mâts (l’écart à la base des deux mâts) de 30 à 40% sans risquer de problème technique ? Je m’explique. Je pense qu’en renforçant les deux pieds articulés des bipodes par des structures surélevées, en pyramide simple sur le pont, et des épontilles (ou IPN) en-dessous qui iraient s’appuyer sur la structure de la quille relevable ou de la membrure à cet endroit (intégrés dans la cloison du carré ultérieurement), le système pourrait être aussi solide qu’un gréement classique ou que le vôtre qui est obligé de s’appuyer sur le franc-bord de la coque pour compenser les appuis, résistances et étirements lors des bords. Pourquoi des structures surélevées en pyramide ? Et bien pour pouvoir élever un peu la mâture au-dessus d’une superstructure/roof et faire reposer la mâture allongée sur un portique arrière (solution Garcia). Je me demande aussi pourquoi il est nécessaire dans votre cas d’avoir une flèche double pour relever le bipode, alors qu’en géométrie pure, un seul tangon permet de descendre à l’équilibre un bipode.

Merci par avance pour vos réponses en vous remerciant, Jacques, pour vos renseignements sur cette page si précise et pour votre expérience très enrichissante, comme pour votre esprit et votre contact très ouvert. Cela a été un vrai bonheur de vous rencontrer.

François
fraserve
 
Messages: 1
Inscription: 25 Aoû 2013, 08:48

Re: Grand-voile sur enrouleur / mâts bipodes

Messagepar Pierre-Yves » 25 Aoû 2013, 10:43

bonjour à tous
j'avais déjà une petite connaissance du Maïna quand j'ai lancé la construction de mâts bipodes sur le Grand Largue. les motivations n'étaient pas exactement les mêmes, mais il est intéressant de voir qu'elles sont cohérentes et se complètent. J'ai déjà envoyé une photo du Grand Largue, mais je la reposte.

Voiles.jpg
Voiles.jpg (60.21 Kio) Vu 9621 fois


L'idée était de pouvoir installer des voiles auxiliaires automatisées, en appoint au moteur diesel, sur des bateaux de travail existants, presque sans modifications du bateau. Pour cela, le mât bipode présente beaucoup d'avantages : quasiment pas de ces multiples drisses, haubans, bastaques, étais qui font le "charme" des vieux gréements, division du poids, possibilité de placer les mâts à peu près n'importe où, etc.

Avec les focs autovireurs sur enrouleur, il est possible aussi de réduire les manoeuvres, qui sont aussi très facilitées par une interface graphique : tout peut simplement se faire, même par une personne qui n'est pas familière de la navigation à voile !

Le Grand Largue est un bateau expérimental et va continuer à expérimenter et valider des dispositifs destinés à économiser l'énergie à bord des bateaux de travail et de plaisance. Son système va être installé dès septembre sur un fileyeur malouin, de 16 mètres de long, afin de pouvoir calculer le temps de retour sur investissements en conditions réelles de pêche.

Le Grand Largue est basé à Saint Malo. Tout en étant la propriété de mon entreprise (Avel Vor Technologie), il sera dès la rentrée mis gratuitement à la disposition d'une association (à créer) à des fins pédagogiques. Il permettra de faire des sorties en mer et de participer à des expérimentations. Par exemple, la polaire de vitesse pour différentes allures du moteur n'a pas encore été faite, la notion de vitesse optimale (celle qui permet de minimiser la consommation par mille) a tout juste été effleurée...

L'intérêt du Grand Largue est qu'il peut préfigurer les futurs bateaux de travail (pêche, petit cabotage...) ou la plaisance familiale. Alors donc, si vous n'êtes pas trop loin de Saint Malo ou si vous avez l'occasion d'y passer ou si vous pouvez participer à distance etc, je suis preneur !!

Pierre-Yves
Pierre-Yves
 
Messages: 33
Inscription: 25 Juin 2013, 15:53
Localisation: Chartres de Bretagne

Re: Grand-voile sur enrouleur / mâts bipodes

Messagepar Laurent » 18 Fév 2017, 22:30

La liste s'allonge…

Voici une nouvelle déclinaison de mât bipode par l'intermédiaire du Kalao 45 qui fut présenté en 1993 par la revue Voiles & Voiliers, avec, pour titre : "Des premiers bords prometteurs"

Image
Le kalao 45, sous grand-voile,tire ses premiers bords devant la Rochelle.

Image

Image


Des premiers bords prometteurs
"Le Kalao 45, voilier original [mât bipode, arceau arrière faisant office de barre d'écoute, grands hublots ronds latéraux, aménagements laissant la part belle au carré] présenté en décembre à Paris, avait tiré ses premiers bords à La Rochelle à la mi-novembre par petit temps ensoleillé. L'occasion de découvrir la facilité de manoeuvre des trois voiles (trinquette, génois à grand recouvrement et grand-voile), toutes montées sur enrouleur et qui, avec leurs 147 mètres carres, lui assurent de belles vitesses par petit temps. Les deux «jambes» de l'espar bipode sont profilées comme des mâts-aile (apportant ainsi une surface supplémentaire de 16 mètres carrés) et orientables par un système de vérin manoeuvré depuis la barre. La grand-voile à bordure libre est gréée sur un étai vertical à enrouleur et se rapproche plutôt d'un génois.
Ce proto signé Michel Joubert et Olivier Flahault, construit par Bonnet Technologie, à Toulouse, est doté d'une habitabilité impressionnante, que ce soit dans les trois cabines, l'immense cané et les deux salles de bains, le tout avec une hauteur sous barrots de 1.95
mètre. Le plan de pont offre 14 mètres carrés d'une surface bien dégagée, tout comme le vaste cockpit, qui dispose de deux postes de barre et d'un rail d'écoute de grand-voile placé sur le grand arceau - d'où un appréciable gain de place. A noter que cette unité est une réalisation purement rochelaise : Michel Joubert pour le dessin, Incidence pour les voiles, Sainta avec Sparcraft pour le gréement et le CRAIN pourles calculs dc carène P.H.M.
Caractéristiques. Longueur. 13,40 mètres - largeur, 3,98 mètres - tirant d'eau, 2 mètres (quille à bulbe) - déplacement lège, 9 tonnes - couchage, 6/7 - surface de voile, 147 mètres carrés - eau, 440 litres - homologation, 1ère catégorie. Prix: 1,5 million de francs."




Laurent
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes


Retourner vers Voilures atypiques - exotiques- Pince de crabe

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron