Welcome! Anonymous

Machines à coudre, transportables et robustes

Machines à coudre, transportables et robustes

Messagepar Laurent » 03 Juin 2014, 13:42

Bonjour,

Pour la couture, la réparation des voiles un tant soit peu importantes en taille, au grammage de tissu augmentant,
il est nécessaire d'avoir une machine qui puisse encaisser de l'épaisseur et effectuer du zig-zag.
Les machines à coudre dite "ménagère" ne sont pas toutes suffisamment puissantes et robustes pour remplir ce programme de voilerie, loin de là.

ici figureront des machines anciennes, en métal, robuste et simple, puisqu'on demande à nos machines de pratiquer les points droits et zigzag, les points décoratifs étant des plus secondaires.



Je commencerais par trois modèles qui ne font aucun doute sur leur capacité.

- La fameuse Sailrite Ultrafeed

Conçue à partir d'une base de machine à coudre Thompson, modèle "Mini Walker", à double entraînement (la seule machine portable ainsi pourvue), l'équipe Sailrite l'améliora en l'équipant d'un moteur plus puissant et d'un volant plus lourd, en dédoublant la transmission entre le moteur et la machine, et en ajoutant la fonction zigzag.

Trés rare en occasion.

http://www.sailrite.com/Ultrafeed-Sewing-Machine#!Ultrafeed-Sewing-Machine

Mise à jour janvier 2017
Megret et fils, entreprise française, distribue dorénavant la Sailrite Ultrafeed.
Une bonne nouvelle pour ceux qui veulent bénéficier d'un suivi directement en France.

http://www.megretmachines-shop.com/205-machines-zigzag

Jusqu'ici il fallait s'adresser à l'importateur/distributeur anglais :
http://www.solentsew.co.uk/categories/Sewing-machines/Portable-sewing-machines/Sailrite/

Image



D'autres modèles de cette marque furent créés avant l'Ultrafeed :
http://sailrite.wordpress.com/2013/06/13/the-history-of-the-sailrite-ultrafeed-sewing-machines/


Les manuels des anciens modèles Sailrite, à télécharger via cette page

Le manuel en anglais de l'actuelle Sailrite Ultrafeed LSZ-1






- La Read's Sailmaker

À l'origine, Read's est une marque japonaise.
C'est en Angleterre qu'a été décidé de transformer une Read's zig zag made in Japan en lui adjoignant un volant plus grand et lourd, et un moteur plus puissant. La Read's Sailmaker était née et fut commercialisée en Angleterre, mais la base de la machine est belle et bien de fabrication japonaise.

La première machine à coudre Sailrite est apparue en 1969 et a donc concurrencé la Read's sailmaker dont la commercialisation s'est poursuivie jusque dans les années 80.
Elle s'avère moins puissante, moins robuste que la Sailrite (dont le prix était nettement plus élevé à l'époque).
La largeur du point zig zag est de 4mm (6mm pour la Sailrite).
Dotée d'un simple entrainement, la Read's est donc moins efficace pour les matières lourdes.
Sa vocation voilerie la rend de toute manière très attractive.
Toute aussi rare à l'occasion que la Sailrite.
Au moment où j'écris ce message, il y en a une à vendre en ce moment au prix de 550 euros sur un site d'annonces d'occasions. Un prix, à mon avis, qu'il faut négocier, comparé au prix d'une Sailrite neuve, plus performante.

Image





Le manuel en anglais de la Read's







- La Pfaff 130.

Cette machine très prisée aux USA, apparue en 1932 et commercialisée jusqu'en 1954, est plutôt rare en France. Cependant il m'est arrivé d'en voir 3 ou 4 en l'espace de deux mois sur le site d'annonce très connu, alors qu'elle était totalement absente de la vente depuis des mois.
Le jeu du hasard,

Image



"En 1922, nous lançons nos premières machines à coudre à crochet rotatif.
1932 constitue une autre étape clé car nous lançons cette année-là la fameuse PFAFF 130 (une machine à zigzag haute performance) afin de répondre aux demandes croissantes du marché."


À l'image des machines à coudre de ce premier tiers du 20ème siècle, elle est particulièrement adaptée aux travaux de voilerie puisque capable de faire des travaux sur cuir.
Pour l'acquérir, vous pouvez aussi viser le marché US via Ebay par exemple.
Ou le marché allemand. Elle y a été d'abord commercialisée avec entraînement à pédale. Les modèles motorisés sont relativement faciles à trouver. Mais souvent vendus avec la table, qu'à cela ne tienne, vous pouvez emmener que la machine si vous avez la possibilité d'aller la chercher là-bas, où vous la faire expédier.
Le boncoin allemand : http://www.quoka.de/
Ces machines sont d'une qualité de fabrication, d'une robustesse exemplaire, que seuls les modèles industriels garantiront ultérieurement.

Le manuel en anglais de la Pfaff 130



laurent
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Machines à coudre, transportables et robustes

Messagepar yacare » 05 Juin 2014, 07:24

Pour les machines à coudre robustes et pas chères, non transportables cependant, un couturier m'a fait l'éloge des vieilles Singer à pédale capable de coudre sur de très grosses épaisseurs. Cela m'a valut d'aller faire un tour chez une amie qui tient une brocante. Selon ses dires, ces machines remplissent les débarras, et elle ne cesse d'en refuser!
yacare
 
Messages: 32
Inscription: 16 Avr 2014, 19:05

Re: Machines à coudre, transportables et robustes

Messagepar yacare » 05 Juin 2014, 07:35

Pour faire des coutures à bord, sans électricité, je vois aussi qu'il existe de vieilles Singer à manivelle!

http://www.lamachineacoudre.net/singer/12K.html
http://www.lamachineacoudre.net/
yacare
 
Messages: 32
Inscription: 16 Avr 2014, 19:05

Re: Machines à coudre, transportables et robustes

Messagepar Laurent » 05 Juin 2014, 11:43

J"avais décidé de ne pas faire figurer ici les machines à pédales puisque la très grande majorité d'entre-elles ne peuvent pas faire du zig zag.
Il y a trois exceptions pour ce qui concerne cette période des années 30/40/50 et des machines à la robustesse à toutes épreuves : la Pfaff 130, la Bernina 117K/L, la Necchi BU Nova/Mira, que vous pourrez trouver avec de la patience car elles apparaitront rarement dans les sites d'annonces et dans votre région.

Toutes les machines à pédale, zig zag ou pas, de cette période, sont hyper robustes. Tous les composants sont dimensionnés pour un usage à vie !
C'est un trait de l'époque.
Ces machines ont connu un certain succès décoratif dans les années 80 si j'ai bonne mèmoire. Ce fut d'assez courte durée, dorénavant on les trouve facilement à tout petit prix sur le bon coin.

Avec un peu de patience, il y a moyen de trouver une machine industrielle des années 50/60/70 pour 200/300 euros.
À vouloir une machine sur table, autant en préférer une, électrique, et tout aussi robuste. Non ?
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Machines à coudre, transportables et robustes

Messagepar milan » 02 Mai 2015, 17:49

Bonjour,
Une précision toutefois: la longueur de point est directement proportionnelle à l'épaisseur du tissus. Plus il est épais plus le point sera court, en tenir compte...
Autre chose. J'ai, par le passé été propriétaire d'une Read's, dont le prix était justifié par l'ajout d'une manivelle et d'un moteur 12v. C'était trop cher, et en cherchant un peu, avant l’avènement d'internet on trouvait la base de cette machine, sous plein de marques différentes, dont Brother. J'en achetait régulièrement au Venez pour des copains, à 300fr, à l’époque où la Read's coutait 10 fois plus cher. Il suffisait d'ajouter une manivelle à 3 francs six sous et trouver un moteur 12v(plus difficile) pour avoir une vraie Read's.
Pour la Sailrite, même démarche, rendue plus facile par internet: une base Chinoise, entre 200 et 300 € les accessoires tels the Monster wheel et la manivelle chez Sailrite et vous avez une machine à moins de moitié prix.
J'ai donc une Sailrite et j'ai un où deux reproches à formuler: il faut actionner la manivelle à l'envers, et ça c'est vraiment nul!! ensuite, sur du tissus épais certaines pièces peuvent casser(j'ai cassé la partie qui coulisse sur le "presse pied". La vitesse est également très lente en électrique. Voilà.
J'ajoute: les machines compactes ont l'inconvénient d'avoir un espace restreint sous le bras, ce qui est assez galère pour les grandes voiles.
milan
 
Messages: 1
Inscription: 27 Nov 2014, 14:27

Re: Machines à coudre Bernina 117K et 117L

Messagepar Laurent » 05 Mai 2015, 22:44

Nous voici aux années 30 avec un modèle fabriqué par Bernina, entreprise suisse dont la première machine familiale est sortie en 1932.
Il s'agit ici du modèle 117K produit de 1938 à 1941, qui fut suivi du modèle 117L produit de 1939 à 1960.
Ce furent les premières machines de cette marque a permettre le point zig zag.


On peut trouver ces machines de collection sur le marché français de l'occasion mais elles sont tout de même assez rares (surtout la 117K, puisqu'elle a été construite pendant seulement 3 ans)
La solidité est au rendez vous, ces machines jouissent d'une belle réputation chez les connaisseurs.
Tout comme la Pfaff 130, ne rechignant pas à coudre du cuir, elles s'avèrent de très bonnes machines à coudre à embarquer sur les voiliers.


Bernina 117K

Image

Image







Bernina 117L

Image

Image






Vendus uniquement sur table à ses débuts, il semblerait que les modèles compactes transportables soient apparus plus tard, en tout cas pour le modèle 117L. On trouve des 117K en version compactes, j'ai l'impression que ces machines sont le fruit de modification de particuliers. À confirmer.

Le manuel (fr) de la Bernina 117K
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Machines à coudre BU Nova et BU Mira

Messagepar Laurent » 21 Mai 2015, 23:03

En 1919, l'italien Vittorio Necchi prend les rênes de l'entreprise familiale de fonderie et décide de l'orienter vers la fabrication de machines à coudre.
Les deux machines que je vous présente, les premières à proposer du zig zag pour cette marque, sont apparues tardivement par rapport à la concurrence (Pfaff, Bernina) mais elles ont bénéficié des évolutions apparues entre temps, et affichent la solidité, la robustesse, des modèles plus anciens. Pour cela, les machines à coudre Bu Nova/Bu Mira présentent un intérêt évident pour les adeptes de la couture à bord.

Necchi Bu Nova

C'est la toute première machine à coudre Necchi qui permet le zig-zag.
Elle a été commercialisée de 1948 à 1953.
BU : Bobina Universale

Aux inconditionnels du mode manuel : vous pourrez peut être en trouver une !

Image


Les modèles Nova (et Mira) se sont vendus sur table mais aussi en modèle compacte transportable.

Image

Image

Image








Necchi Bu Mira

Apparue en 1954, elle apporte quelques améliorations.
Par exemple, un éclairage intégré et un commutateur deux vitesses (très utile)
Elle permet un point zig zag d'une largeur maximale de 5mm.


Image

Image






Voici une Bu Mira transformée pour un navigateur/voyageur.
Remarquez les deux poulies supplémentaires de transmission, pour une efficacité accrue.
(machine présentée également dans la vidéo ci-dessous)

Image

ImageImage







Pour ceux qui souhaiteraient creuser le sujet, voici une vidéo où la Necchi BU Mira est comparée à la Pfaff 130.





Le manuel anglais, d'utilisation des BF-BU Nova/Mira


Un complément de manuels ici :
http://freenecchisewingmachinefiles.weebly.com/
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Machines à coudre, BU Supernova. Supernova Ultra/Julia

Messagepar Laurent » 30 Mai 2015, 22:35

Je poursuis avec la marque Necchi, et un modèle postérieur aux BU Nova et Mira.
Il s'agit des machines à coudre BU Supernova, apparue en 1955
qui se sont déclinées par la suite en variantes jusqu'au début des années 60.
Si ces machines ne sont plus tout à fait de la même robustesse que les BU Nova et Mira, elles n'en restent pas moins constituées majoritairement de métal et s'avèrent donc très résistantes.
Qui plus est, et ce fut la marque de fabrique de Necchi, un soin particulier a toujours été donné à l'esthétique.

Necchi BU Supernova

Avec la BU Supernova, Necchi inaugure une certaine forme d'automatisme avec un système de cames à intégration aisée. La technologie reste relativement simple.
On peut donc considérer la BU superNova comme très fiable.
Une originalité : Necchi introduit une plaque à aiguille, circulaire, qui, en la tournant, permet de faire les point droit, zig zag et décoratifs.


Image

Image

Image

Image



Comme vous pouvez le voir avec la vidéo ci dessous, la BU Supernova semble pouvoir affronter du tissu relativement lourd.





Necchi Supernova ultra/ Ultra Mk2

Apparue en 1958, elle comporte quelques améliorations pour un aspect quasi identique.

Image

La vidéo ci dessous, hélas de mauvaise qualité coté lumière, montre une Supernova Ultra capable de coudre 4 épaisseurs de cuir léger. Aller directement à 7:00 pour voir le passage en question.





Necchi Supernova Julia

Ce modèle apparait en 1961.
Son esthétique est du au designer Marcello Nizzoli, adepte d'un certain futurisme, notamment chez Olivetti.
Elle comporte un système de contrôle électrique du moteur, et d'automatismes plus avancés, pour effectuer les boutonnières par exemple.


Image


Image



Le seul manuel que j'ai pu trouver concerne la Supernova Ultra,
mais les machines étant proches, on devrait pouvoir s'arranger avec.


Le manuel Necchi Supernova Ultra
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Machines à coudre, Pfaff 360 et 362

Messagepar Laurent » 30 Mai 2015, 23:50

On reste dans cette période fin années 50 début 60 avec Pfaff qui produit d'abord la 260/262, un modèle garanti 10 ans qui connaitra un grand succès.
Tout ce que j'ai vu proposé en France de la 230/260/262 était en version sur table avec moteur séparé.
j'ai vu des versions compactes transportables mais uniquement en Allemagne, Angleterre et USA.
Mais ma vision du marché français manque peut être encore de précision.
je préfère donc vous présenter la série 360 et 362 de chez Pfaff.

La version 360/362 s'affiche clairement en mode compact.
Point droit et zig zag.

je ne saurais situer exactement le niveau de performance de ces machines : il est clair qu'elles sont utilisées par des plaisanciers. Leur limite est peut être en dessous des Necchi Supernova que j'ai présentées précédemment.
En tout cas, aucune vidéo ne vient à l'appui démonter qu'elle peut coudre des surépaisseurs de tissus plutôt lourds, ne serait ce que du jean's.
Il y a bien cette vidéo ci dessous mais le tissu, s'il est en plusieurs épaisseurs, parait assez léger.

Version 360
Image




Version 362
Image



Le manuel en anglais, de la Pfaff 360
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Machines à coudre Bernina 117K et 117L

Messagepar jeromef3 » 06 Jan 2017, 07:17

[quote="Laurent"]
jeromef3
 
Messages: 21
Inscription: 19 Déc 2016, 15:00

Re: Machines à coudre, transportables et robustes

Messagepar Eric_VDB » 15 Sep 2018, 06:12

Bonjour Laurent et Merci pour votre travail sur ce site.

En suivant vos conseils j'ai finalement pris une Pfaff 360.

Concernant la capacité de la machine en question je vous conseille de regarder la video suivante à parti de la 15 éme minute

https://www.youtube.com/watch?v=JNYyxZJcnu4

Cordialement Eric
Eric_VDB
 
Messages: 1
Inscription: 15 Sep 2018, 06:04


Retourner vers Machines à coudre - Choix / Modifications / réparations

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 1 invité

cron