Welcome! Anonymous

Machine à embarquer dans un voilier

Machine à embarquer dans un voilier

Messagepar cairnoc » 10 Juil 2018, 11:50

Bonjour,
je souhaiterais avoir vos conseils sur le choix d'une machine à embarquer sur un voilier (grand) équipé du 220V.
Merci de vos conseils.
Patrick
cairnoc
 
Messages: 2
Inscription: 09 Juin 2018, 16:28

Re: Machine à embarquer dans un voilier

Messagepar SetM » 20 Juil 2018, 21:55

Bonjour Patrick :-)

Quelques pistes à explorer librement :

Deux modèles de Necchi (italien) qui n'ont pas exactement le même aspect mais la même mécanique, aiguilles 130/705H donc à méplat (pour domestiques) :
- Necchi Nova BU (Bobina universal donc zigzag -5 mm- contrairement à la BF/bobina familia)
- Necchi Mira BU (quelques années plus récentes, succède à la Nova, éclairage intégré)

Une Pfaff compacte zigzag (4mm de largeur) à aiguille 130/705 :
- Pfaff 130

Une Pfaff zigzag assez compacte et très robuste mais difficile à trouver ;
- Pfaff 116 (ressemble à la Singer 107W)

Je possède ces machines, elles cousent toute l'épaisseur qui peut passer sous le pied sans broncher, textile ou cuir.

De Singer :

- N'importe laquelle des Singer 20U ou clone, tant que c'est appelé 20u...20U53 etc. Aiguilles système 134. Zigzag 10 mm de largeur mais coud moins épais que toutes les autres machines de cette liste (expérience perso).

- Singer 107W, (bien regarder la sous-classe)

Enfin, je connais un mec qui a embarqué une Singer 29K71 (modèle bras court), machine de réparation de cordonnier sans moteur ni pédale, actionnée à bord juste par le volant monté sur la face ou sur le côté de la machine et la couture se fait point à point. Un choix intéressant mais ne sert qu'à la réparation.

Machine que je ne connais pas mais qui pourrait coller au programme : Bernina 117...

Bonne recherches :-)
SetM
 
Messages: 7
Inscription: 31 Déc 2017, 10:48

Re: Machine à embarquer dans un voilier

Messagepar metaiso » 04 Jan 2022, 12:39

bonjour,

je relance ce post car je suis en pleine réflexion sur le sujet (prépa tdm en voilier).
au travers de mes recherches et lectures, j'ai compris qu'il est un peu utopique d'envisager de réparer ses voiles en voyage. Mais il reste tout un tas de choses qu'on peut réaliser ou réparer soi-meme à bord : taud, capote, bimini, sangles, cagnards...ect.
j'ai remarqué que vous préconisez des machines assez "vintage" (enfin c'est l'impression que j'ai :-)). Il semble compliqué d'embarquer et de faire fonctionner ce type de matériel à bord
Il existe la sail rite (tres onéreuse et introuvable d'occasion), ses clones (baraccuda), ou en direct de chine accessibles sur aliexpress mais du coup les prix s'envolent aussi avec le transport sans compter les risques "qualité/fiabilité" associés.

Je viens de réparer mon bimini avec la machine à coudre singer (experience 160) de mon épouse, ce qui m'a permis de constater que ce type de machine passe sans broncher sur 4 à 5 épaisseurs de sunbrella, avec une aiguille de 110.

Je voudrais éviter d'y laisser une fortune, et également d'acheter une machine vintage sur les sites d'annonce avec le risque qu'elle soit en panne ou irréparable.
Dans les modèles d'actualité et accessibles, il y a la necchi Q132A qui semble assez rustique et robuste.
Quelqu'un a-t-il un avis/ retour d'expérience / autres idées sur le sujet ?

Merci pour votre aide
cdt
Olivier
metaiso
 
Messages: 3
Inscription: 04 Jan 2022, 12:00

Re: Machine à embarquer dans un voilier

Messagepar Laurent » 05 Jan 2022, 10:03

Bonjour

en effet, sur ce site mais ce n'est pas le seul, on préfère les machines ménagères anciennes tout métal.
Choix encore plus pertinent pour une utilisation à bord.
je n'aime guère le terme de vintage qui dévalorise d'une certaine manière les produits en question.
Le critère esthétique ou nostalgique ne s'invite guère dans ce choix.
Les machines des années 30 à 60 sont d'une grande simplicité - point droit/zig zag, c'est tout - Leur mécanique interne ne risque pas de lâcher de sitôt. D'ailleurs la plupart de ces machines restent bien réglés malgré les décennies passés. C'est souvent du coté des moteurs et pédales qu'il faut revoir - eh oui les composants électriques vieillissent mal - mais cette opération s'avère facile.

"Il semble compliqué d'embarquer et de faire fonctionner ce type de matériel à bord"
Quelle argumentation étaye cette affirmation ?
Une machine ancienne sera bien plus facile à réparer et s'avère d'une utilisation simplissime.
Tout est accessible. À part une désynchronisation -qui adviendra plus difficilement qu'avec une machine récente plus fragile- le reste, à savoir toutes les pièces métalliques qui la composent, peut défier le temps en terme de robustesse. Difficile d'user un engrenage en métal huilé, là où il est devenu en plastique depuis plusieurs décennies.
Seules les machines industrielles ont conservé à travers le temps ce régime tout métal.

"Je voudrais éviter d'y laisser une fortune, et également d'acheter une machine vintage sur les sites d'annonce avec le risque qu'elle soit en panne ou irréparable."
Le meilleur moyen d'y laisser le plus d'argent, c’est d’acheter récent.
J'ai acheté 8 machines anciennes d'occasions entre 30 et 80 euros chacune. Toutes étaient réglées. Seules les moteurs ont lâché pour quelques unes, comme déjà dit. Ce peut être l'occasion d'équiper la machine d'un moteur plus puissant et donc plus adapté aux travaux difficiles de sellerie et de petite voilerie.

Si je devais traverser un désert, je préfèrerais utiliser un petit 4X4 à l'ancienne, plutôt qu'une Clio récente.
Une machine récente peut faire l'affaire pour un tour du monde. On peut aussi estimer que la simplicité et la robustesse d'antan sera plus adapté à ce programme.
Pour certains, le plaisir de posséder une machine aux mécanismes assez fascinants est un point d'accroche important. Ce sont des machines industrielles en format réduit.


Laurent.



Ma Necchi perso, boostée pour du tout terrain.
Qui sera sans doute celle qui rejoindra le bord. À défaut de pouvoir loger une industrielle trop volumineuse.
Image

Image


Image
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 880
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Machine à embarquer dans un voilier

Messagepar metaiso » 06 Jan 2022, 19:22

merci pour votre retour, vous m'avez convaincu
j'ai donc regardé sur notre bon coin favori. j'ai loupé une bernina 117 (quelqu'un est passé avant moi) et ai finalement opté pour une necchi bu nova que je vai schercher samedi.
En revanche les prix s'ils restent raisonnables, sont plus élevés que ce que vous indiquez (quelques centaines d'euros), mais pour des machines fonctionnelles à priori (enfin..on verra ça samedi)

merci à vous
Olivier
metaiso
 
Messages: 3
Inscription: 04 Jan 2022, 12:00

Re: Machine à embarquer dans un voilier

Messagepar Laurent » 07 Jan 2022, 18:21

Bonjour

lorsque j'ai créé la sous-section machine à coudre en 2015, les modèles de la marque Necchi était assez peu connus en France. On savait pas trop ce que cela valait. je l'ai découverte via les sites US. Là-bas elles étaient déjà prisées par les plaisanciers amateurs de sellerie Do It Yourself.
Depuis quelques temps, les prix sur le Bon coin ont grimpé. Voiles-alternatives doit en être partiellement responsable, j'ai fait parti des premiers à les présenter et vanter leur qualité.
Les modèles de la marque Bernina ont toujours été assez chères mais maintenant, les prix deviennent un peu trop stratosphérique je trouve :mrgreen: C'est souvent du 200 euros.
Pfaff reste encore un peu à l'abri de cette inflation.

J'ai fait preuve de patience, il y a toujours des vendeurs qui ne cherchent pas à tirer vers le plus haut.
L'autre jour, je suis tombé sur une Pfaff 260 à 40 euros tout prêt de chez moi. Une excellente machine.
Je n'allais quand même pas en posséder une deuxième…


Laurent
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 880
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Machine à embarquer dans un voilier

Messagepar metaiso » 08 Jan 2022, 20:36

Bonjour,
Oui les prix sont de cet ordre, la Bernina que j'ai loupé était à 200, moteur neuf et sortant a priori de révision. Ma bu nova 100 de plus. Elle est belle. Avec une boîte custom réalisée par l'avant dernier propriétaire qui était aussi un voileux.
Tout cela reste malgré tout très abordable au regard des prix sail rite et autres barracuda plus modernes.
Bon, j'avoue que je n'ai pas encore réussi à la faire fonctionner. Ca bourre sur le fil du dessous côté canette, il doit y avoir une astuce qui m'échappe. De même j'ai réussi à faire une cannette mais sans desacouplage du mécanisme. Voir l'aiguille qui fait des aller retour pendant l'enroulement de la canette me gène.
Bref, je suis à la recherche d'une notice, même si elle est en anglais.
J'ai hâte de démarrer. Il me faut faire des housses pour les coussins, cagnards et une tête de laizy bag car le mien ne recouvre pas complètement côté mat.
J'essaie d'intégrer une photo a ce post

Cdt
Olivier
metaiso
 
Messages: 3
Inscription: 04 Jan 2022, 12:00

Re: Machine à embarquer dans un voilier

Messagepar Ian23 » 13 Sep 2022, 13:05

Bonjour
De mon côté je cherche des infos sur la marque Vigorelli.
Ce serait des cousines de Necchi, elles ont l'air très robustes également en plus d'être belles comme des Necchi.

Pour une utilisation de tissus type toile enduite, toile imperméable, néoprène, petite sangle, velcro, ce genre de choses.

Vous connaissez? Je m'intéresse notamment à la ZZ/A
Ian23
 
Messages: 1
Inscription: 13 Sep 2022, 12:43


Retourner vers Machines à coudre - Choix / Modifications / réparations

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron