Welcome! Anonymous

voile aile à orientation automatique

voile aile à orientation automatique

Messagepar Eric » 27 Sep 2016, 14:55

Bonjour
Brevet INPI FR3033765 - 2016-09-23
Il s'agit d'un brevet d'une aile souple que j'ai déposé auprès de l'INPI. :D

http://bases-brevets.inpi.fr/fr/document/FR3033765/publications.html?s=1474981894824&p=5&tx_jsearchrest_documentsearchrest%5Bvalidcaptcha%5D=true&tx_jsearchrest_documentsearchrest%5BselectedDocumentRow%5D=1&cHash=bc6a4ff4cf89723ad1a37392227f97ec

Je n'ai pas encore eu le temps d'en faire un prototype pour Mingming.

L'aile est constituée d'une toile tendue sur des nervures à l'avant autour du mât et d'un volet tendu sur des lattes à l'arrière. Les lattes du volet sont articulées à l'arrière des membrures mais peuvent aussi coulisser. La rotation du volet par rapport à la partie aile est limitée par des butées.

L'aile est suspendu à une corne qui tourne librement autour du mât et est fixée en bas sur une bôme (qui se prolonge ne avant du mât) et qui tourne autour du mât et dont l'orientation est réglée par une écoute.

La partie avant est tendu au (ou à proximité du) guindant entre l'avant de la bôme et l'avant de la corne.
Le volet arrière est tendu à (ou à proximité de) la chute entre l'arrière de la bôme et l'arrière de la corne.

On obtient donc une aile tendue entre la corne et la bôme.
La poussée vélique pousse l'articulation entre la partie avant et le volet sous le vent pour obtenir la courbure.

REMARQUE : Le fait que la liaison puisse coulisser longitudinalement permet de régler le problème de la variation de la longueur de la corde pour passer d'un côté à l'autre (comme une latte forcée sur un dériveur) et permet d'avoir une structure tendue comme un gréement bermudien.

REMARQUE 2: Le premier ris se prend en ramenant la latte-nervure au niveau de la bôme (l'avant de la nervure comme nouveau point d'amure et l'arrière de la latte comme nouveau point d'écoute) quasiment comme une grand-voile entièrement lattée.

Il y a des schémas de principes dans la notice en lien.

Eric
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Eric
 
Messages: 160
Inscription: 23 Mar 2014, 16:19
Localisation: Morlaix

Re: voile aile à orientation automatique

Messagepar Laurent » 27 Sep 2016, 22:13

Salut Eric,

pourrais tu nous 'expliquer ce qu'il y a de nouveau qui n'aurait pas été déjà inventé ?
J'ai beau cherché, je ne trouve pas.


Laurent
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 764
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: voile aile à orientation automatique

Messagepar Eric » 28 Sep 2016, 14:02

Bonjour
Ce qui est fondamentalement nouveau c'est le concept de "nervure érectile". :lol:
Cela permet de garder une longueur constante entre le guindant et la chute quand la courbure varie; cela n'a l'air de rien mais tout devient simple. ;)

Cela se traduit par :
- une nervure libre en rotation verticale autour d'un guindant fixe
- un volet libre en rotation verticale autour d'une chute fixe
- une articulation coulissante (longitudinalement) au niveau de la liaison nervure-volet

Ce qui est "classique" :
- une bôme qui se prolonge devant le mât et qui supporte, à l'avant le guidant et à l'arrière la chute
- une corne qui se prolonge en avant du mât qui tient le haut du guindant et de la chute
- Une articulation horizontale au niveau de la liaison nervure-volet limitée par des butées
- une aile à "bordure libre".

Les trois "nouveautés" permettent :
- d'avoir un guindant raide et une chute raide (sans l'articulation coulissante, il faut garder du mou soit dans le guindant soit dans la chute pour pouvoir inverser la courbure lors des changements de bord)*
- d'avoir des peaux tendues à la fois longitudinalement (sur la nervure et sur le volet) et verticalement.
- d'avoir une inversion de courbure automatique (engendrée par la pression du vent) lors d'un changement de bord.

* lorsque la voile est établie d'un bord, on peut l'assimiler grossièrement à un arc de cercle. Lorsque la voile passe dans l'axe elle est symétrique et peut être assimilée à un segment de droite. Ce segment de droite est plus long que la corde de l'arc de cercle. Sans l'articulation glissante, le profil ne peut donc pas s'inverser lorsque le guindant et la chute sont raidis.
Eric
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Eric
 
Messages: 160
Inscription: 23 Mar 2014, 16:19
Localisation: Morlaix

Re: voile aile à orientation automatique

Messagepar Eric » 02 Oct 2016, 16:52

Bonjour
J'ai essayé d'expliquer avec des dessins. ;)



L'aile est tenue en haut par la corne et en bas par la bôme.
Un étai est tendu entre l'avant de la corne et l'avant de la bôme.
Un Pataras est tendu entre l'arrière de la corne et l'arrière de la bôme.
chaque nervure est endraillée au guindant sur l'étai et à la chute sur le pataras. (elle a donc tenues uniquement par ses extrémités ).




Vue de dessus la nervure est tenue à l'avant et à l'arrière.
L'articulation est libre et va partir sous le vent sous la poussée vélique pour donner la courbure.
La courbure de la nervure se déploie sous le vent.
L'orientation de la bôme définit l'incidence de l'aile; c'est le seul réglage en route.

Les peaux de l'aile sont tendues horizontalement sur la nervure et verticalement entre la bôme et la corne.


Remarque : contrairement à la plupart des ailes, l'aile automatique ne tourne pas autour du mât. Le mât est libre à l'intérieur de la nervure.
Remarque 2 : L'étai et le pataras et les mousquetons ne sont là qu'à titre pédagogique; en réalité, l'étai et le pataras sont intégrés dans la structure de l'aile (comme l'étai d'un foc volant) et sont raidis par des palans de point d'amure et de point d'écoute sur la bôme.
Eric
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Eric
 
Messages: 160
Inscription: 23 Mar 2014, 16:19
Localisation: Morlaix


Retourner vers Ailes souples / Soft wings

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité