Welcome! Anonymous

Pourquoi une aile souple ?

Pourquoi une aile souple ?

Messagepar Eric » 02 Nov 2015, 22:27

Bonsoir
je vous propose de débattre des intérêts d'une aile souple en fonction des différents objectifs et attentes des navigateurs.
Pour lancer le débat, je propose quelques idées:
- si l'on veut de la puissance, il est plus simple d'augmenter la surface;
- si l'on veut de la performance il est plus simple de travailler sur le plan anti-dérive ...
- Si l'on veut de la simplicité on peut choisir le gréement de jonque...
- Un profil performant le reste-t-il dans le clapot de Port-Navalo (ceux qui connaissent apprécieront, les autres n'ont qu'à aller y faire un tour au près à courant contre...mais ne venez pas tous, y a déjà trop de ralaouet);
- souhaite-t-on des performances au près (où la performance de la risée diesel alliée au PA est imbattable ;) !)
- une aile est-elle plus performante au près qu'un gréement bermudien?
- est-on dans un esprit de compétition dans un système de jauge ?
- parlons-nous de traversées océaniques ou de régates sur le lac Léman ?
- cherche-t-on la performance ou le coût?
....

Ces questions sont fondamentales et la réponse est loin d'être unique et universelle.
Cependant il me parait plus intéressant de les poser hors de tout contexte de développement.
Pour faire simple : quelles solutions pour quels objectifs ?
Comme dirait nos amis anglos-axons : you have the floor!
Amicalement
Eric
Dernière édition par Eric le 03 Nov 2015, 22:14, édité 1 fois.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Eric
 
Messages: 233
Inscription: 23 Mar 2014, 16:19
Localisation: Morlaix

Re: Pourquoi une aile souple ?

Messagepar Laurent » 03 Nov 2015, 09:34

Imaginez cette transposition :
" Pourquoi une voile bermudienne ? "
Alors que cette voilure équipe l'immense majorité des voiliers que ce soit pour la croisière ou course, cotière, semi-hauturiere, hauturière.
Les ailes souples et rigides équiperont les voiliers quelques soient leur type, leur programme.
Si cela n'a pas lieu au 21eme siècle, cela aura lieu au 22eme. ( C'est un peu une boutade. ;) )
Pour moi, la problématique en jeu dans ce frein qu'on sent présent dans les esprits (le mien en premier!), est avant tout d'ordre technique. je pense qu'une technologie, synonyme de simplicité, reste à découvrir pour permettre l'acceptation par le plus grand nombre de cette voilure qui apporte, quoi qu'on dise, des améliorations. Combien faudra t'il encore de test en condition réelle pour le valider ?
Ceci dit, je dirais qu'une technologie faite de complexité est souvent acceptée à partir du moment où elle passe en mode industrielle et qu'elle présente tous les signes d'une longévité maitrisée . Mais avant d'en arriver à ce stade, cela peut prendre beaucoup de temps.
Personne ne s'offusque de la complexité en jeu dans nos voitures actuelles, ce serait presque le contraire.
Beaucoup sont friands d'options…

On pourrait penser que je ferme le débat par mes propos.
N'imaginez pas cela.
Je ne suis surtout pas détenteur de la vérité.
On est parfaitement en droit de douter de la pertinence de l'aile souple.


laurent
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 838
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Pourquoi une aile souple ?

Messagepar Eric » 03 Nov 2015, 22:58

Bonsoir
A la réflexion, le titre est trop réducteur. Je propose plutôt "Pourquoi quelle aile souple ?".

Pour provoquer gentiment Laurent, je dirais que la seule raison pour laquelle l'aile va devenir omniprésente est une raison marketing. Il n'y a pas de justification technique valable car la majorité des voiliers naviguent moins de 7 jours par an et la plupart du temps au moteur. Quand ils naviguent à la voile c'est au portant par brise légère.

Comme l'écrit si justement Laurent, le bermudien est aujourd'hui omniprésent dans tous les domaines. Cependant le bermudien du pêche promenade (dont la voile a 20 ans) n'a pas grand chose à voir avec le bermudien de la dernière transat à la mode.

Pour moi, il en est de même pour l'aile souple.

L'aile souple a-t-elle une place en performance pure face à l'aile rigide (sur mer plate).
L'exemple extrême est le record de vitesse à la voile: peut-on y envisager une aile souple?

J'ai imaginé pour un copain, une aile au tiers pour sa coque d'Optimist transformée en prame (pas encore testée). Plus simple à construire, à gréer et à manoeuvrer, tu meurs!
http://www.voiles-alternatives.com/viewtopic.php?f=3&t=354
Low-tech; low-cost ! C'est à base de tuyau de gouttière de 100mm et de toile à bois!!! Il y a quand même une poulie d'écoute et peut être un "palan" de guindant.

J'ai imaginé une aile aux nervures solidaires d'un mât tournant avec derrière un volet réglé par une écoute de jonque (pas encore testé). On règle avec le mât l'incidence de l'aile et avec l'écoute la courbure. Technologiquement c'est plus complexe mais pas tant que ça. Cela permet d'utiliser des structures souples qui absorbent, amortissent et restituent. Les performances au près pourraient être meilleure que du bermudien (angle d'incidence plus faible et meilleure finesse).

Aucune de ces aile n'est meilleure que l'autre. Elles sont différentes et adaptées à des contextes différents.


Pour parler technique:
Faut-il un nez de nervure "rond" qui est tolérant en terme de variation d'incidence (clapot, turbulence...) ou une nervure "pointue" qui est plus performante dans une plage d'incidence plus faible. Cela dépend du contexte. Dans mon terrain de jeu de l'Atlantique Nord, je sais que le rond est plus intéressant. Pour la semaine du Golfe on peut préférer du pointu quitte à souffrir à Port Nana (que l'on salut un verre à la main; comme chacun sait! :D ).

Et vous ? Qu'avez-vous envie de faire avec une aile souple? Et comment?

Eric
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Eric
 
Messages: 233
Inscription: 23 Mar 2014, 16:19
Localisation: Morlaix

Re: Pourquoi une aile souple ?

Messagepar Eric » 08 Mai 2020, 18:32

Bonjour
Pourquoi quelques fanatiques s’efforcent-ils de mettre des ailes à la place des voiles sur des bateaux de croisière ?
Ce n'est pas qu’une question de mode mais également parce ce que cela augmente potentiellement considérablement les performances sous voile, principalement au près.

Pour analyser scientifiquement l’intérêt de l’aile vis à vis de la voile, il faut s’appuyer sur des considérations aérodynamiques. Ne vous inquiétez pas, il est possible de faire de la science sans support mathématique avec des équations indigestes. Je ne vais utiliser, comme support de mes explications, que des graphiques.

L’analyse de la performance d’une voile, ou d’une aile, a été influencée par l’aviation. Une des conséquence est que tout un chacun raisonne avec le fameux diagramme donnant le Cz (Cl dans la littérature anglo-saxonne) en fonction du Cx (Cd en Brit) qui représente l’évolution de la portance en fonction de la trainée d’un profil. Cx et Cz sont des coefficients sans dimension qui représentent la portance et la trainée d’un profil pour une incidence donnée. Cz est la projection perpendiculaire à la corde de référence et Cx est la projection sur la corde de référence. Ils sont représentés en rouge sur le graphique ci-dessous. Comme vous pouvez le voir sur le graphique, le Cz et le Cx ne sont en rien significatif des équilibres des forces du bateau; ils n’ont donc aucun intérêt pour nous qui analysons les voiles ou les ailes des bateaux.

décomposition des forces aérodynamiques au prés.jpg
Décomposition des forces aérodynamiques au près
décomposition des forces aérodynamiques au prés.jpg (24.56 Kio) Vu 4269 fois


Pour un avion en vol stabilisé en croisière, la vitesse de l’avion est, en première approximation, parallèle à la corde de référence. Dans ce cas, le Cz et le Cx représentent bien la portance et la trainée aérodynamique de l’aile. On a des équations faciles et sympathiques : la portance est égale et opposée à la masse de l’avion, la trainée est égale et opposée à la puissance nécessaire pour maintenir un vol stabilisé. Le graphique Cz / Cx permet d’évaluer directement la performance d’un profil. Comme ce n’est pas le cas pour la voile ou l’aile d’un bateau nous devons trouver une autre projection, et donc un système d’axes, qui soit mieux adaptée.

Remarque : La représentation en Cz/Cx aéronautique reste adaptée pour l’étude des profils des quilles ou des dérives des bateaux car l’angle de dérive d’un bateau reste faible. Par contre c’est moins vrai pour le profil d’un safran qui peut avoir un braquage signification pour contrer un bateau ardent. Cependant pour des angles de braquage faible du safran cette représentation peut être utilisée.

Comme on le voit sur la figure, la projection pertinente est celle qui est représentée en noir sur le schéma avec la force aérodynamique (F) qui est projetée d’une part parallèlement à la vitesse (Fr) pour donner la force propulsive, la seule qui nous intéresse vraiment, et perpendiculairement à la vitesse (Flat) qui est la force de dérive. Nous avons alors, comme pour l’avion, des équations simples et sympathiques : la force propulsive est égale et opposée à la trainée du bateau; la force de dérive est égale et opposée à la portance (dans l’eau) développée par la quille ou la dérive.


Le problème est, comme on le voit sur le graphique ci-dessous, que l’orientation de la voile ou de l’aile dépend du vent et non pas de l’orientation de la coque et de sa vitesse. On ne peut utiliser ce système de projection que pour une allure donnée. Si l’on change d’allure, il faut refaire toutes les projections. Ce n’est pas très pratique !

Orientation de la portance selon les amllures.jpg
Orientation de la portance selon les allures
Orientation de la portance selon les amllures.jpg (14.36 Kio) Vu 4269 fois


Comme c’est une représentation qui est plutôt bien documentée, je propose d’utiliser pour les voiles et les ailes les graphiques qui montrent le coefficient de portance Cz en fonction de l’incidence (alpha). Ce n’est pas entièrement satisfaisant car, en première approximation, la portance est perpendiculaire à la direction du vent apparent et pas du tout à celle de la vitesse du bateau mais cela permet cependant de comparer les performances d’une aile à celle d’une voile à une allure donnée et en particulier au prés.

La figure ci-dessous est représentative de l’évolution de la portance en fonction de l’incidence pour une voile. Aux faibles incidences (en dessous de 10°) la voile ne porte pas et, sauf pour les voiles de jonque, la voile fasseille et la portance est nulle. Le coefficient de portance Cz (Cl) croit rapidement sur une plage d’incidence faible (entre 10 et 30°). La portance maximale est obtenue pour un angle d’incidence relativement important (entre 25 et 30°). Le coefficient de portance diminue assez rapidement après 30°.
La voile n’est performante que sur une plage étroite d’incidence et elle est inefficace aux faibles incidences. La portance max est obtenue pour une incidence relativement forte.

CZ versus angle d'incidence pour une voie.png
Cz versus angle d'incidence pour une voile
CZ versus angle d'incidence pour une voie.png (61.67 Kio) Vu 4269 fois


La figure ci-dessous est caractéristique de la variation de la portance en fonction de l’incidence pour une aile. On remarque qu’un profil symétrique est bien moins performant qu’un profil asymétrique. On voit que le graphique est assez différent de celui d’une voile. La portance augmente doucement et continûment d’une valeur nulle pour une incidence négative à une valeur maximale (pour une incidence nettement plus faible que celle de l’aile (ici 12°) sur une plage d’incidence relativement large (entre 15 et 20°). Les figures représentées ne le montrent pas mais la valeur du coefficient de portance max est plus grande pour une aile que pour une voile.
L’aile travaille à un angle d’incidence plus petit que la voile. La plage d’incidence utile pour une aile est plus grande que pour une voile. La portance maximale est plus forte pour une aile.

VZ versus angle d'incidence pour une aile.png
Vz versus angle d'incidence pour une aile
VZ versus angle d'incidence pour une aile.png (72.81 Kio) Vu 4269 fois


Bénéfice attendu du passage à une aile.

Au prés, comme l’incidence de portance max est plus faible, une même coque pourra remonter plus d’autant plus. C’est juste géométrique, avec une orientation de l’aile donnée ( la même que la voile) la surface portante ( et donc l’axe de la coque) aura un ange au vent plus faible et donc le bateau remontera mieux. Cela devrait augmenter significativement le VMG (la vitesse de progression dans le vent).

Si l’on se retrouve sur-toilé, avec une aile, il suffit de réduire l’incidence pour diminuer la puissance et en profiter pour pointer encore plus.

Avec un vent instable en direction (vent variable, houle ou capot par exemple) l’aile sera beaucoup plus tolérante et plus performante. Elle travaille toujours dans son « domaine de confort » et ne fasseille pas;

Avec un vent instable en force, il suffit de faire varier l’incidence pour adapter la puissance de l’aile au variations du vent. Au prés, le barreur barre à la gîte en lofant dans les rafales et en abattant dans les molles. Aux autres allures c’est avec l’écoute de grand voile ou le chariot de barre d’écoute que l’équipage fera varier l’incidence pour maintenir une gite optimale.

Lorsque le cap du bateau n’est pas stable (pilote automatique, ou pire régulateur d’allure) l’aile sera plus performante que la voile. Elle restera dans sa zone de confort malgré les écarts de cap.

En terme général un bateau de croisière avec une aile sera plus facile à naviguer, plus tolérant et plus performant.

Tous ces bénéfices sont intéressants sur un bateau de croisière si l’on arrive à concevoir des ailes simples et à un prix abordable.
Fichiers joints
Diagramme CZ versu Cx gradué en incidence.png
Diagramme Cz versus Cx gradué en incidence
Diagramme CZ versu Cx gradué en incidence.png (47.69 Kio) Vu 4269 fois
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Eric
 
Messages: 233
Inscription: 23 Mar 2014, 16:19
Localisation: Morlaix

Re: Pourquoi une aile souple ?

Messagepar laurent74 » 26 Mai 2020, 17:18

Très intéressant comme ouverture Eric.

A l'aile Souple (mais également la rigide) j'ajouterai comme avantage sur un voilier de croisière, l'absence de tout ce fatras de cables diamètre 8 -10 mm (voir plus parfois) qui entrave les mouvements sur le pont, font grimper la facture d'entretien, et surtout qui mettent des tensions importantes sur tout le bateau en appuyant le mat et en tirant sur les cadènes. Et que dire quand cela s'applique sur un Catamaran avec la contrainte de flexion que cela impose sur la poutre !!
Une aile souple (ou rigide) avec seulement un étai pour la voile d'avant et un pataras (en Y peut être) pour retenir les tensions sur l'étais, un pont de bateau doit devenir un régal à l'usage!

Tous ces bénéfices sont intéressants sur un bateau de croisière si l’on arrive à concevoir des ailes simples et à un prix abordable.


Est-ce que les voiles du "magie noire" ont-elles étaient repensée depuis leur première fabrication et conception ?
J'avais contacté il y a 3 ans le propriétaire qui vendait (vends peut être toujours) ce voilier. Concernant les voiles ailes, c'était deux toiles collées sur des nervures en mousse qui avaient un double biseau en un point ce qui permettait la mise en forme de l'aile (son profil) d'un bord ou l'autre.
Plus simple a réaliser cela doit être difficile, pour ce qui est des performances c'est peut-être un compromis toutefois intéressant pour un voilier de croisière.
Et pourquoi pas envisager une évolution qui amènerait un beau coup de pouce a ce concept simple, peux couteux et visiblement durable vue le nombre de miles parcouru par ce voilier équipé comme tel?
laurent74
 
Messages: 21
Inscription: 24 Juin 2017, 17:45

Re: Pourquoi une aile souple ?

Messagepar Laurent » 27 Mai 2020, 08:47

Hélas, Alain Chapoutot, le concepteur d'une voile-aile nous a quitté en janvier 2019 à l’âge de 73 ans.

La revue Bateau a réalisé un bon article sur Alain
https://www.bateaux.com/article/30067/disparition-d-alain-chapoutot-marin-inventeur

Il était venu s'exprimer sur ce forum en 2012:
http://www.voiles-alternatives.com/viewtopic.php?f=3&t=15

J'ai bien peur que, sans lui et sa détermination, ses projets peinent à survivre.
On ne compte plus les projets abandonnés après pourtant avoir été validés par leur pratique.
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 838
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Pourquoi une aile souple ?

Messagepar laurent74 » 27 Mai 2020, 10:56

Oui hélas, mais cela n'empeche pas de reprendre ces tres bonnes bases notamment au niveau de la simplicité de construction.

Peut etre que Christian Quoniam le propriétaire de magie noire, pourrait passer nous en parler si on le contacte ?
Lors d'un echange au téléphone, il m'avait expliqué la fabrication des ailes car il y avait participé.

Ce systeme pour le volet avant (double toile et nervure en mousse collées) et un voile simple pour le volet arriére comme dans ton projet pour controler la cambrure ?
laurent74
 
Messages: 21
Inscription: 24 Juin 2017, 17:45

Re: Pourquoi une aile souple ?

Messagepar Laurent » 27 Mai 2020, 11:23

Pour moi l'avenir n'est pas de ce coté: à savoir épaissir des GV ou des génois.
Autant créer de vrais profils épais forcément plus efficaces en terme d'aérodynamisme.

-

Les deux comparatifs dont on dispose pour tenter de faire la différence entre marconi-bermudien et aile :

The patented ONESAILS OMER & ORI wing sail systems

Le comparatif [aile souple / Marconi-bermudien] Sense/Beneteau


Sur le plan strict de la performance, ces deux ailes souples ne semblent pas procurer d'avantages importants. Elles permettent d'un peu mieux remonter au vent. Elle sont plus puissantes au portant. Ces deux points ne mériteraient pas à eux seuls de se démener à ce point pour ce seul gain.

Les ailes souples apportent un certain confort:
- Moins de gite
- Quasi absence de fasseyement
- Retardement de réduction de voilure
- "douceur" dans le comportement

laurent
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 838
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Pourquoi une aile souple ?

Messagepar laurent74 » 27 Mai 2020, 14:18

Qu'entends tu par aile souple ?
une aile souple avec deux elements comme le sont les ailes rigides de l'america's cup ?
Ou un profil d'un seul morceau comme l'aile Omer ?

Je n'aurais pas confiance dans un usage regulier et pour des navigations croisieres (tour du monde etc) l'aile omer. Ce systeme de latte ou tige qui font squelette sont a mon avis source de probleme dans le temps. Quand on voit comment certaines voiles lattées se retrouvent avec des lattes fendues, ou déboitées de leur logement ... et ce squelette une fois affalé me parait etre une bonne source d'accrochage entre element lors d'un hissage de voile.

En pratique c'est peut etre plus efficace que je ne l'imagine, mais n'ayant vu que des photos et des videos d'utilisation dans des conditions toujours optimales pour des démos ... (pas de vagues, peu de vent ...)
laurent74
 
Messages: 21
Inscription: 24 Juin 2017, 17:45

Re: Pourquoi une aile souple ?

Messagepar Laurent » 28 Mai 2020, 10:54

Le point de vue que j'apportais précédemment se voulait situé en dehors de toute considération d'ordre technologique.
Dis autrement: peu importe le mode de conception/fabrication des ailes souples, elles procurent des avantages et des inconvénients à peu près similaires. Et c'est bien cela qu'il faut tenter de cerner au mieux afin de promouvoir les profils épais.

Pour la technologie: il est clair que seule une certaine simplicité permettra son développement.
Mais il ne faut pas avoir peur de la complexité: personne ne s'inquiète plus de circuler avec cet outil très complexe qu'est une voiture.

Beneteau a interrompu sa démarche marketing vis à vis de l'aile conçue par Guy Beaup, sans doute parce que leurs promoteurs se sont rendus compte que ce gréement n'est pas facile d'utilisation. Ils s'imaginaient pouvoir mettre au point une unité de croisière pour plaisanciers demandeur d'un outil très accessible, ce que n'est guère l'aile souple. Qui demande elle aussi un apprentissage.

laurent
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 838
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Pourquoi une aile souple ?

Messagepar laurent74 » 29 Mai 2020, 17:33

Pour la technologie: il est clair que seule une certaine simplicité permettra son développement.
Mais il ne faut pas avoir peur de la complexité: personne ne s'inquiète plus de circuler avec cet outil très complexe qu'est une voiture.


Il faut voir ou la complexité se place, si elle est dans la conception ou dans l'utilisation. L'analogie avec la voiture est amusante car de nos jours un enfant de 10 ans pourrait conduire une voiture presque sans risques (dernier modèles haut de gamme, Tesla etc ...) pourtant ces voitures n'ont jamais été aussi complexes.
Sur ce point je suis d'accord avec toi, il faut que ce soit simple pour l'utilisateur.
Mais un voileux, et encore plus celui qui viendra a l'aile, ne sera pas majoritairement le marin du dimanche qui fait 95% de ces sorties par beau temps et ne fait que brûler de l'essence 3 week end par an.
Il est certain que le marché plaisancier commencera par des gens déjà aguerris, régatier amateur, ou passionnés qui ont déjà des miles, et qui il faut l'avouer n'auront aucune barrière complexe a surmonter pour passer à l'aile. En prenant un peu de recul, on se rend bien compte qu'un gréement classique est sacrément compliqué, que ce soit pour les manœuvres, pour les réglages (si on veut être fin), et demande de l'expérience pour être en sécurité.
Et la pour le coup, je pense que l'aile à justement une énorme carte a jouer sur la simplicité d'utilisation si bien sur le système est pensé pour.
En plus d'un autre argument de poids très important qui se trouve être les efforts a fournir pour l'utilisation, si on en crois tout ce qu'on lit sur l'aile, "une simple écoute" suffit pour le contrôle. Donc si on a pas besoin de winch démesurés couplé a des gros bras, les femmes et les petits gabarits seront plus facilement conquis également.

Par contre si la complexité se trouve trop importante sur la conception/fabrication, le coût ne baissera jamais suffisamment pour attirer les foules et la mauvaise image d'un système trop coûteux, complexe fera fuir tout le monde. Une avarie coûtera forcément cher également, et c'est ce qu'il faut éviter.


Je suis avec intérêt ce fil car dans mon cerveau novice sur ce genre de gréement je ne comprend toujours pas l’intérêt de l'aile souple par rapport a l'aile rigide, et cela me travaille un peu.

Certains parlent de coûts de fabrication?
qui repousse l'arrivée plus présente des ailes, hors je pense qu'en construction amateur il est très faisable de faire une aile rigide de bonne qualité pour un prix raisonnable (une aile d'avion de tourisme en composite ou bois et toile est a la portée de beaucoup de monde), comparativement a l'aile souple qui va demander beaucoup de matériaux coûteux, articulations complexes etc...(si on prend l'exemple des Omer et autres). Une tenue de la toile dans le temps qui nécessitera tôt ou tard d’être remplacée, comme sur les gréement classique, avec comme contrainte la facture qui sera élevée en rapport de la surface de toile d'un gréement classique. L'aile rigide elle, ne devrait pas connaitre ce soucis selon le matériau choisi pour la peau.

Le problème du l aile rigide au mouillage par rapport a l'aile souple ?
visiblement cela traîne moins qu'un mat classique, et surement toujours moins qu'un mat au profil en D d'une aile souple, qui va turbuler sévèrement dans sa face arrière.
Une anecdote a ce sujet assez parlante ici https://www.banik.org/Croisieres/Pages/RV1.htm
quand le capitaine de ce trimaran de course habitable raconte qu'avec le mat tournant seul, le bateau part a 5 nœuds dès que l'ancre quitte le fond!

La facilité d'utilisation ?
la encore je pense qu'on se prend moins la tête quand on a "simplement" deux volet rigide a gérer sur le pont, qu'une aile qu'il faudra hisser, affaler, réduire etc ...

Pour une utilisation personnelle future (longue croisière et charter), les critères qui me feront aller vers une aile sur un bateau:
Facile a utiliser
L'encombrement réduit sur le pont (lieu de vie important au mouillage)
Le moins d'entretien possible sur la durée
La possibilité de laisser un ordinateur piloter l'aile
Diminuer au maximum les interventions sur le pont quand ça tabasse
Pouvoir avancer à la voile (aile) même par vent léger pour éviter le moteur au maximum

Une aile rigide sur un catamaran bien taillé et confortable comme semblent être les Catamaran d'Erik Lerouge, c'est un peu mon rêve.

Et pour la blague concernant ce choix de gréement: pouvoir partir d'un ancrage en marche arrière a la voile (aile pour le coup) devant les badauds médusés :D
laurent74
 
Messages: 21
Inscription: 24 Juin 2017, 17:45

Re: Pourquoi une aile souple ?

Messagepar Eric » 29 Mai 2020, 18:07

Bonsoir
L'avantage d'une aile souple sur un aile rigide est de pouvoir adapter la surface de l'aile en fonction des conditions météo. Autrement, il faut, par fort vent, gérer finement l'incidence pour piloter la puissance; le tout dans un monde instable à l'interface de 2 fluides l'air et l'eau.

Sur les cata de la coupe de l'America les ailes sont démontées au port !!! Ce n'est pas très pratique en croisière de se promener avec sa grue. :(

Ton rêve existe depuis de nombreuses années. Il a même été testé dans un cyclone :
https://www.youtube.com/watch?v=u5N2Sxxpvog

La gestion par ordinateur demande un niveau de fiabilité important, du genre aéronautique (trois capteurs et un système de vote). Autrement la panne d'un capteur peut mettre le bateau sur le toit. Au milieu de l'Atlantique cela fait désordre. :(
Pour fiabiliser tout cela il faut considérer des conditions extrêmes comme les vents catabatiques forts et soudains, cela complexifie rapidement le système car il faut pouvoir très rapidement retirer la puissance de l'aile.
Eric
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Eric
 
Messages: 233
Inscription: 23 Mar 2014, 16:19
Localisation: Morlaix

Re: Pourquoi une aile souple ?

Messagepar Laurent » 29 Mai 2020, 18:46

Les ailes rigides avec ailerons déportés existent depuis longtemps, mais cela ne se passe pas en France (comme d'hab):
Le trimaran Planesail a effectué, début des années 1990, deux traversées de l'atlantique où il a d'ailleurs effleuré un ouragan de classe 3 au large des Caraibes:
http://www.voiles-alternatives.com/viewtopic.php?f=2&t=30#p558

La solution hybride m'apparait pour l'instant une très bonne voie du milieu.
C'est un point de vue pour laquelle je ne cherche pas à faire de prosélytisme même si je consacre un topic à son sujet, par souci avant tout du partage d'informations.
Avatar de l’utilisateur
Laurent
Administrateur du site
 
Messages: 838
Inscription: 15 Avr 2012, 02:42
Localisation: Rennes

Re: Pourquoi une aile souple ?

Messagepar laurent74 » 03 Juin 2020, 13:35

Eric, si la raison d'une aile souple par rapport a une aile rigide n'est qu'une question de gestion "fine" en gros temps il y a peut etre une voie possible a l'aile rigide bien plus importante qu'on ne veut le voir dans ce cas.

Les missiles de l'america's cup ont leur ailes montees et demontées pour d'autres raisons a mon avis. Peut etre pour eviter "l'espionage" des concurrents, maintenance, ou peut etre encore pour des raisons de durabilité des materiaux aux UV (la toile, ou encore le carbone sans protection est proscrit en aeronautique par exemple, hors sur ces betes de courses tout est brut.

Pour ce qui est de la gestion electronique, la encore je ne vois pas d'obstacles insurmontables. La fiabilité et le bas couts de toutes sortes de capteurs et les logiques a redondances connues dans les systemes critiques industriels peuvent etre copiés relativement aisement de nos jours en prenant des sources sur le net.

Ce trimaran Planesail est assez vilain estéthiquement, certes cela n'empeche en rien ces qualites, mais c'est moins vendeur !
laurent74
 
Messages: 21
Inscription: 24 Juin 2017, 17:45


Retourner vers Ailes souples / Soft wings

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités