Page 1 sur 1

Quel type de voile sur mat autoporté non rotatif ?

MessagePosté: 29 Déc 2019, 19:11
par Laurent
Bonjour

je lance le sujet pour être moi même confronté à la question via mon Freedom 35 dont une des évolutions possibles, en terme de voilure, pourrait être un retour vers des voiles bermudienne classiques et non des ailes hybrides.
Seulement voilà, la manière de gréer ces voiles peut prendre différents chemins.

Aux USA et en Europe, les cat-boat/cat-ketch les plus répandus sont les Freedom première génération et les Nonsuch.

Prenons le cas des Freedom à leurs débuts:

Un Freedom 40
Image

Un Freedom 35
Image

Idem
Image

Le concepteur des Freedoms, Gary Hoyt, décida de doter ses unités de voiles double-plis qui allaient entourer les mâts et créer ainsi du profil épais, le tout gérer par des wishbones.
Excellente idée sauf qu'une contrepartie de taille allait décevoir bon nombres de futurs propriétaires: la prise de ris s'avère plutôt difficile. Il faut faire des plis pour amener la voile vers le bas, ce qui n'a rien de simple lorsque le vent monte.



Du coup, de nombreux propriétaires ont abandonné cette voilure pour évoluer vers la grand-voile bômée + coulisseaux/chariots + rail fixé sur les mâts.

Un Freedom 35
Image

Un Freedom 44
Image

Un autre Freedom 44
Image

Un Freedom 33 sous voiles
phpBB [video]


C'est exactement le type de voilure qui équipait mon Freedom 35.
Avec l’expérience que j'ai acquise de son utilisation, je vais abandonner cette configuration, sans la moindre hésitation, pour deux raisons :

1 - La présence d'une bôme change beaucoup la donne:

Image

Il faut renforcer la zone du mât qui reçoit la bôme car les efforts en jeu sur le mât au niveau du vit de mulet sont beaucoup plus importants qu'on peut le croire à priori. Surtout aux allures portantes. En gros, le mât est soumis à des efforts en rotation: il y a intérêt de renforcer l'emplanture de mât. Sur mon Freedom 35, lors de l'achat, les deux mâts avait bougé. Une rotation de 20 degrés: du coup les vits de mulet étaient désaxés. l’emplanture n'avait pas réussi à maintenir en place les mâts.
D'autres part, il faut ajouter un hale-bas qui conjointement au palan de GV créent deux points de fortes tensions supplémentaires. Il m'est apparu qu'il était dommage de concentrer de tels efforts sur des mât autoportés dotés d'une certaine souplesse, que l'on aimerait voir gréés d'une voilure où tout se joue dans la……souplesse.

2- Fixer un rail sur un mât en carbone peut poser problème à moyen terme. Cela a été le cas de mon Freedom 35 dont j'ai vu les rails se détachés par le bas au cours d'une longue navigation.
Certes, les rails étaient fixés avec des rivets, et il y a meilleur moyen de fixer du carbone mais quand même, l'idée continue de peu me plaire.


À SUIVRE…

.